Give your feedback
October 6, 2004

Le "modèle Limousin"

Posted by amo@emakina.fr

Il y a plus de quatre ans, en Limousin et en pleine bulle Internet, le débat faisait rage sur ce qu’on appelait alors la “boucle régionale”. Il s’agissait de résoudre la fracture numérique et de répondre, entre autres, aux attentes d’entreprises en souffrance de débit, plus exactement en souffrance de prix du débit [46].
L’opérateur historique, fraîchement privatisé, pesait de tout son poids pour défendre son ancien monopole et usait l’énergie de ceux qui croyaient ferme dans la nécessité de rééquilibrer l’équation économique des opérateurs afin de faire jouer le jeu de la concurrence.
Après d’apres discussions, le consensus politique pris le pas et c’est ainsi que Dorsal naquit. De Dorsal 1 en Dorsal 2, le projet d’aménagement numérique du territoire a mûrit et approche de sa concrétisation, avec la (très) attendue attribution au délégataire en cette fin d’année. Notons au passage que l’opérateur historique est en lice. C’est une première et cela montre le chemin parcouru.

Je savait que Dorsal était une forme de modèle. J’avais entendu en maints endroits, dans des assemblées peuplées de gens comme il faut comparer les mérites du “modèle Limousin” au “modèle breton” (Mégalis ndr).
Par la suite, les choses se sont accélérés et on a moins entendu parler du Limousin, au profit de pléthores de territoires partis eux aussi dans leurs démarches. Quatre ans c’est long et avec l’accélération de ces derniers mois, certains pouvaient penser que d’autres territoires étaient passés devant.

Cette semaine, j’ai appris que deux projets français allaient être labellisés par l’Union Européenne et être montrés en référence pour les projets d’aménagement numérique. Il y Pau et sa boucle locale et … le Limousin avec Dorsal.
Déjà, à Hourtin, Dorsal avait fait forte impression dans la réunion de l’ARF [47].
Dans cette région ou l’on est trop souvent enclin à l’autoflagellation, fellicitons nous d’être reconnu en exemple, mais sachons aussi en tirer profit.

  • Manuel Diaz

    Moi je ne vois qu’une chose, c’est que l’on est toujours pas dégroupé à Limoges centre quand on regarde les cartes de tous les opérateurs de service… Avoir laissé partir le coeur technologique et décisionnel de FT à Poitier d’ailleurs n’a pas été la meilleure chose qui nous soit arrivée. L’angoisse et la grogne monte de jour en jour alors j’imagine chez les malheureux habitants de villes ou villages dans la campagne limousine…
    Le temps de l’action n’est il pas venu depuis longtemps et ne sommes nous pas encore en train de théoriser au lieu de faire ?

  • Alexis Mons

    La migration poitevine de l’auto-commutateur central a été désastreuse pour la région. C’est un fait. Je te propose deux compléments sur le délai et le dégroupage :

    La réponse sur le délai est simple : un an de préparation et un an de sélection du délégataire (pour 15 ans ndr). C’est un délai incompressible.

    Néanmoins, il y a une réalité plus cruelle : le marché limougeaud comme le marché régional ne pèse pas assez de prises (disons 50 000 à 100 000 prises) pour intéresser les Free et autres Tiscali 🙁
    Ils ne viendront que parce qu’il y aura un délégataire, qui dans le cadre de sa mission assurera lui-même le dégroupage et en commerce de gros, “vendra” ces prises aux FAI à l’intérieur du volume global qu’il gère déjà.

    Rendez-vous en 2005

  • 4 ans c’est long surtout pour ne même pas arriver à quelque chose de concret.
    C’est toujours un projet et comme le soulignait Manuel le dégoupage c’est pas non plus pour demain.
    A trop réflechir à se qui va se passer plus tard, on arrive à des théories qui n’ont que pour seul mérite de nous faire sourire plus tard.