Give your feedback
January 17, 2006

Les finlandais ne plaisantent pas avec la R&D

Posted by Manuel Diaz

Tekes

Au programme d’aujourd’hui, visite de TEKES, l’équivalent de l’ANVAR en France avec un spectre d’action plus large puisqu’il s’occupe aussi de l’industrie et de l’accompagnement à la valorisation marketing de la recherche. Mais nous avons été aussi reçu par le ministère de l’intérieur, dans ses mûrs, et le secrétaire général du ministère de l’industrie. C’est d’ailleurs assez étonnant de constater qu’en Finlande, le ministère de l’intérieur est mobilisé sur les sujets de R&D, en collaboration avec les autres bien sur, mais après tout pourquoi pas, quand on y pense c’est pas idiot.

Ci-arpès quelques bullet lists avec les idées clefs. Le but est de vous faire profiter de ce voyage. Mes propos ne se veulent pas forcément rédigés, j’avoue que c’est aussi pour moi une façon de prendre des “notes publiques”. Si tout n’est pas clair, c’est peut être normal donc 😉

Stephane Sermadiras Metis

TEKES

  • Organisation publique, drivée avec une logique d’entreprise, sous l’autorité du ministère de l’industrie, en charge de l’accompagnement de la recherche, de l’encadrement de l’idée à sa commercialisation.
  • Knowledge attracts knowledge
  • Networking is vital for regional development
  • Comme chacun le sait, la Finlande est un pays très européen tant dans les faits que dans la culture. On ne s’étonnera donc pas d’entendre que lorsque nos interlocuteurs parlent de marché intérieur, ils parlent en fait du marché européen.
  • Le système d’aide direct, par les subventions par exemple, est proscrit désormais en Finlande. On le considère contre productif et allant à l’encontre de l’autonomie des accompagnés. On encourage plutôt les entreprises à miser sur la R&D et on les accompagne avec des logiques d’investissement public avec un suivi véritablement régulier et une volonté commune d’obtenir du résultat.

Dejeuner Helsinki

Ministère de l’intérieur & Ministère de l’industrie

  • En charge de l’application, dans le pays, du programme de développement et de l’animation, avec les autres ministères mais aussi les universitaires et les privés.
  • Si le programme peut ressembler sur le papier aux pôles de compétitivités, ici cette approche a été lancée il y a déjà 12 ans !
  • Véritablement couplée à une logique d’aménagement du territoire et une véritable mise en oeuvre de la décentralisation intelligente et pragmatique. Ici, l’aspect “école des fans” (tout le monde a gagné) n’existe pas. Les finlandais ont eu le courage d’élire et de choisir des régions spécialisées sur certains domaines et de mettre l’ensemble de ces pôles en réseau.
  • Chaque centre d’expertise (= technopole) mis en oeuvre est géré comme une entreprise. On parle d’une unité en affichant chiffre d’affaire, personnel embauché, de services et d’accompagnement pour les entreprises.
  • Toutes les créations de bâtiment public doivent être drivées par l’enchaînement suivant : m2 > services > synergies > image
  • La Finlande a rompu avec les oppositions public / privé en déclarant qu’il était d’intérêt national que de s’employer à fédérer les énergies pour obtenir des résultats alliant public / universitaire & recherche / entreprises.
  • Les représentants des ministères considèrent que leur mission n’est pas d’exister en tant que tel mais bien de créer les conditions pour que les entreprises puissent exister et se développer plus favorablement.
  • Résultat : 1€ public investi produit un retour de 6€

Comments are closed.