Give your feedback
April 30, 2006

Martin Varsavsky à Capital IT

Posted by Webmaster

Cette semaine, sur Capital IT, j’ai découvert hier Martin Varsavsky le génial fondateur de FON. Je connaissais FON, mais je n’avais pas vraiment mesuré l’ampleur du projet et surtout son modèle. Je suis séduit.

Technorati Tags: , , ,

Martin Varsavski - Fon

L’idée de FON (je me lasse pas de ce jeu de mots, c’est nul) est d’organiser la couverture Wi-Fi dans les villes de manière à développer des services tels que le téléphone, la télé, la radio,… en Wi-Fi.

Ce n’est jamais simple de trouver du Wi-Fi facilement. Chez soi ou au bureau, il suffit de s’équiper. Ailleurs, il est difficile de compter sur les réseaux communautaires ou les offres commerciales. En effet, il faut avoir beaucoup de chance pour trouver les premiers et les seconds ne couvrent que les zones à fort potentiel (les lieux de passage essentiellement) et peuvent être cher. En synthèse, si les ordinateurs portables sont de plus en plus équipés de wifi, la couverture n’est pas au rendez vous.

FON propose aux internautes disposant d’un accès internet avec un débit raisonnable d’ouvrir cette connexion au voisinage via un routeur Wi-Fi. Le Wi-Fi, c’est comme les bacs à fleurs, ça profite à au propriétaire et aux passants (lu sur le site de FON).

Celui qui adhère à FON (il a tout son temps, mais s’il le fait vite c’est mieux, humour) devient un FONeros. S’il n’a pas d’accès à partager, il fait partie des “Aliens”. S’il a une connexion et la met librement à la disposition des autres membres, il rejoint les “Linus”. Il peut décider de faire payer l’accès à sa borne, dans ce cas, c’est un « Bills ». Seuls les “Aliens” payent, les “Linus” eux accèdent à toutes les bornes gratuitement. Dans tous les cas, seule la moitié de la bande passante est partagée.

Le calcul est simple plus il y a de membres plus le réseau grandi et avec lui la couverture Wi-Fi. La mission de FON (toujours aussi de drôle) est simple du Wi-Fi partout et pour tous, grâce aux FONeros ! L’objectif est d’un Million de points à l’horizon 2010. A ce jour il y a déjà 25000 membres ! FON invente le “citizen based network” (copyright Martin Varsavsky). C’est donc un FAI 2.0 ou un FAI social comme vous le voulez.

En écoutant Martin Varsavsky, je me remémorai RadioPhare l’initiative d’Olivier Zablocki : Un projet expérimental de couverture de l’Ile de Ré par un réseau Wi-Fi porté par ses usagers.

Avec FON, on n’est pas dans de l’expérimentation, Google et Skype sont au capital, la levée de fond pour FON (!) a été de 18 millions d’euros. L’intérêt de ces deux géants pour FON est évident. Le premier s’interroge depuis plusieurs mois sur une offre Wi-Fi gratuite. Google peut soit monter un modèle “traditionnel” financé par des abonnements ou de la pub, soit décliner celui de FON. Le second doit passer en version mobile, pour réussir, il faut que le Wi-Fi soit partout, d’où le soutien à FON.

Martin Varsavsky est revenu sur le deal signé avec Neuf Cegetel, une première du genre. L’occasion d’insister sur le fait que FON n’est pas concurrent des FAIs traditionnels mais bien complémentaire.

A ses yeux, il se passe de très belles choses en France, l’Internet y dispose d’une infrastructure de qualité à un coût très raisonnable, nous sommes donc sur un territoire qui a toutes les chances de bénéficier de la révolution numérique. Il prend pour cela l’exemple de Netvibes, société dans laquelle il a d’ailleurs investi. Martin a souligné que nous avions tout de même un “problème” avec l’entreprenariat, les starts ups,… un vaste sujet (que je trouve à mon goût un peu trop récurent).

A la question, sur le projet de France Télécom d’ouvrir le réseau des LiveBox Wi-Fi a tous ses abonnés… en bien Martin n’a pu qu’encourager cette initiative, tout en rappelant qu’en faisant cela, il détruisait le modèle économique d’Orange 😉

  • Alexis a inventé le “billet coup de pelle” je propose de qualifier ceux de Christophe (trop rares) de “billets éléphants”… ceux qui le connaissent comprendront…
    En tout cas, merci de cette découverte que je vais m’empresser de mettre en application… l’intelligence collective en application !

  • Nicolas R.

    Je dois récupérer dans les prochains jours mon routeur Linksys WRT54G sur lequel doit être installé un firmware “Fon” pour partager sa connexion. ça faisait un petit moment que j’avais envie de tester le concept!
    Des news très prochainement…

  • Cool, nous sommes déjà deux sur Limoges. Maintenant, FON chez toi ça n’apporte rien, sauf si tu as décidé d’être un bills (même si je ne crois pas que ça soit possible actuellement).
    C’est surtout quand tu te déplaces que ça te sera utile. Imagine, si tous les chefs de gare de la ligne Limoges Paris étaient des Linus alors nous aurions de quoi surfer sur le net en montant à Paris !

  • Grand plaisir à lire ce billet et à compléter l’information avec le sourire en coin de ceux qui ont de la suite dans les idées 😉
    Tu écris plus haut : « En écoutant Martin Varsavsky, je me remémorai RadioPhare l’initiative d’Olivier Zablocki : Un projet expérimental de couverture de l’Ile de Ré par un réseau Wi-Fi porté par ses usagers ». Tu fais bien d’avoir de la mémoire et cela me réjouit.
    RadioPhare est aujourd’hui le porte-parole de la candidature du Pays de l’Ile-de-Ré à l’appel du gouvernement « Pôle d’Excellence Rurale » et nous continuons à avancer, à creuser le sillon…
    Il y a quelques minutes, par exemple, nous venons de boucler le dépôt d’un magnifique projet de recherche RNRT/ANR en coopération direct avec FON et l’UMIH (Union des Métiers et Industries de l’Hôtellerie, 80.000 adhérents quand même). Le projet de recherche est piloté par l’Université de Lille 3, laboratoire GERICO, associé au COSTECH de l’Université de Compiègne, l’Ile-de-Ré est le lieu d’expérimentation
    Le titre : ASULIX – Augmented Space Universal Local Interop eXchanger : Expérimentation de convergence des technologies de mobilité et du WEB 2.0 dans un cadre de développement rural orienté vers le tourisme (tous les détails dans les heures qui viennent sur un site public).
    La ” cible ” principale aujourd’hui, ce sont les promoteurs, les aménageurs, les bailleurs sociaux, en un mot les acteurs de l’habitat et de la construction. Les produits et services qu’ils peuvent intégrer le sont à l’échelle où ils aménagent ; de l’immeuble à la zone d’aménagement cela reste de l’hyper-proximité.
    Tant en termes d’infrastructure que d’infostructure, voire d’infoculture, les acteurs de l’habitat sont déjà et seront plus que jamais dans les années à venir les acteurs majeurs de l’aménagement numérique, non plus du dernier kilomètre carré, comme nous nous en préoccupions il y a encore quelques années, mais des derniers 100m2 qui sont le véritable épicentre des services et des usages désormais. Ils sont en position intermédiaire entre les opérateurs et les habitants. Parmi ces acteurs de l’habitat et de la construction, j’insisterai tout particulièrement sur les quelques 150 coopératives d’HLM qui existent en France car, dans la mesure où chez elles les habitants sont aussi des sociétaires le lien de coopération avec l’utilisateur final est “théoriquement posé”.
    Et puisque ton billet fait suite à Capital IT, que les investisseurs en quête de beaux développements juteux ne soient pas intimidés, il y a encore quelques bonnes places à prendre dans l’aventure et je suis tout prêt à les accueillir 😉
    Même France Telecom dont le goût pour le fun et les démarches non alignées est bien connu désormais semble pointer son nez par ici avec un intérêt non dissimulé si j’en juge par l’attention que nous porte les chercheurs de FT R&D engagés dans le projet de consortium OverCrowded
    Voilà, j’ai tout dit, en espérant que cela puisse compléter utilement tes informations.
    Amicalement,
    Olivier Zablocki

  • Merci olivier pour ce complèment d’info.
    Un projet “de convergence des technologies de mobilité et du WEB 2.0 dans un cadre de développement rural orienté vers le tourisme” ne peut qu’être intéressant. Aussi, si tu cherches une société de services innovante force de proposition 2.0, à quelques kilomètres de l’ile de ré… penses à nous 😉
    Enfin, si tu as une communauté à animer penses aussi à blueKiwi (www.bluekiwi.fr) c’est un produit qui commence à faire parler de lui 😉

  • Merci Christophe & Olivier pour cette mise à jour informative, qui rouvrira peut-être BelleVille en Mer ;-}, et bonne chance à ASULIX.

  • Deux petits points rapides d’un “chercheur de FT R&D engagé dans le projet de consortium OverCrowded” :
    – je travaille un peu sur “augmenter” la couverture de ces bornes wifi par des réseaux dits ad-hoc. Pour accéder à la borne de mon voisin qui, malheureusement a placée celle-ci à 110 mètres de moi, je passe par un passant qui est entre cette borne et moi. Evidemment, on peut imaginer plus d’intermédiaires et, donc, plus de sauts.
    – diviser la bande-passante en deux n’est pas très malin. Mieux vaut utiliser un équivalent de “nice” pour l’accès au réseau : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33404.htm

  • Bonsoir,
    Malheureusement, toutes ces histoires sont compliquées. La réalité vient flanquer un bonne claque à mon commentaire enthousiaste du 11 mai ci-dessus. Quelques heures après que j’ai vendue la peau de l’ours ici-même, le projet ASULIX a sombré sur une grave divergence politique avec le laboratoire de l’Université de Lille 3 (chef de file). Nous avons suspendu notre collaboration et plus encore le chef de file a décidé de retirer définitivement le projet de la compétition.
    Pour information, il faut imaginer les bagarres et les luttes d’influence qui peuvent exister actuellement autour de ces appels à projets ANR/RNRL et cie. Le gâteau à partager est sans doute trop petit. J’avoue avoir pris une bonne leçon sur ce coup-là et je me dis, ce soir, que ce n’est pas vraiment là que se trouvent les ressources pour avancer. A ce compte là, je préfère jouer avec des investisseurs privés, ça va quand même plus vite.
    ASULIX – Augmented Space Universal Local Interop eXchanger : Expérimentation de convergence des technologies de mobilité et du WEB 2.0 dans un cadre de développement rural orienté vers le tourisme – était pourtant en plein dans le sujet avec une réflexion technique et économique avancée du côté du chef de file lillois et une réflexion avancée en terme de développement local de notre côté. Dommage. Résultat des courses nous recherchons de nouveau des partenaires fiables et réalistes pour poursuivre dans cette voie

  • Désolé, Olivier, pour cet echec “instructif”. Peut-être en diras-tu un peu plus pour que l’expérience serve ;-}