Give your feedback
June 6, 2006

UP FING 2006 : l'EntreNet, ou l'expérience sociale du web

Posted by amo@emakina.fr

img_1142523281537.jpgL’Université de Printemps de la FING 2006 débute après-demain. Christophe et moi-même y serons, fidèles au poste, comme lors des 3 dernières éditions.


Dès son origine et chaque année, cette manifestation un peu particulière s’est toujours révélée pour moi d’une grande richesse. Une sorte de concentré de la Société de l’Information tirée d’un cocktail de points de vue venant de gens très divers, entrepreneurs, consultants, experts, gourous, universitaires ou journalistes.
Rétrospectivement, il est assez frappant de se souvenir de quelques interventions et découvertes bien en avance, mais pas perçues comme telles. Ainsi ce teasing sur les wikis en 2003, de même que les explications fascinantes de Franck Beau sur les communautés dans les environnements persistants, clairement précurseurs de ce que l’on observe autour de l’internet social.
Mais ce sont surtout les questions autour de l’intégration de la Société de l’Information dans les TIC, de même que sur l’Innovation et ses processus qui en sont les meilleurs fruits à mon goût. À ce titre, l’attention portée à BlueKiwi cette année est une sorte de retour aux sources.
Cette année, le thème est l’EntreNet, la part sociale et sociétale des nouvelles dynamiques du réseau, la face non-technique du web 2.0 pour faire (très) simple.
J’avais réagit à l’intuition de Daniel Kaplan et participé à une rencontre préparatoire qui montrait combien on entre en exploration sur ce sujet, combien surtout la réalité vient bousculer les pronostics faits il y a quelques années. Jean-Luc s’est récemment fendu d’une lecture de celle-ci un petit peu trop teintée en “2.0” à mon goût. Normalement, puisqu’il s’agit de se projeter, j’espère que l’on va dépasser une notion certes actuelle mais déjà en cours de banalisation.
Vous pouvez également lire Jacques-François Marchandise qui met opportunément en perspective le sujet avec les thèmes des trois précédentes éditions : de l’infrastructure aux bien communs sources d’écosystèmes, ferment d’innovation, pour en arriver à parler de “l’expérience sociale du web”, selon les termes de Daniel Kaplan.
L’expérience SmartKiwi chez Dassault Systèmes partagera avec Euan Semple (le cas de la BBC) et François Nonnenmacher (Padawan) la table de l’atelier Sous l’organigramme, l'”organisation informelle” que j’aurai le plaisir et l’honneur d’animer.
J’interviens également la veille avec Cyril Fiévet, Hubert Guillaud et Laurent Haugg de CoComment, sur le thème Trajectoires dans la blogosphère.
Hubert veut me faire parler des conditions de succès des blogs et de leur avenir. Va falloir me tenir 🙂

  • Ben voilà que je suis trop 2.0 maintenant !!! 😉
    Je trouve très intéressant de constater qu’après 10 années à se regarder le nombril nous (les professionnels du secteur) jetions un regard autour de nous pour analyser ce qui se passe. Il n’est jamais trop tard. Le microcosme des TIC va enfin daigner constater qu’aujourd’hui nous ne sommes plus seuls, les utilisateurs deviennent des acteurs à part entière et qu’il faut se réveiller.
    Encore faut-il que ce regard aille au delà de la sphère des initiés et permette de faire une auto-critique constructive…
    Chez groupe Reflect et c’est aussi pour cela que j’y suis cette dynamique de l’utilisateur acteur (ou “utilisacteur”) est au coeur des processus et de la méthodologie.
    Ce qui m’amuse beaucoup c’est que ça fait au moins 5 ans que l’on entend partout qu’il faut mettre l’utilisateur au coeur des projets etc. Résultat : des discours et très peu de mise en oeuvre ! Mais comme le Net est un écosystème, il évolue de lui même et ce sont aujourd’hui ces mêmes utilisateurs qui viennent sur le devant de la scène pour dire aujourd’hui nous sommes là et le marché devra désormais prendre en compte nos avis et remarques.
    Par ailleurs, Alexis, le fait même de faire du versionning avec le web nous met dans une situation où à la minute où nous en parlerons nous serons déjà en retard…
    Mais au fait c’était quoi le web 2.0 ?