Give your feedback
September 1, 2006

Le web 2.0 à la Une

Posted by amo@emakina.fr

i65562couv826.gifAprès Libération puis Le Monde, Courrier International fait sa couverture sur le web 2.0 : “quand le web devient une communauté”. Tout est dit sur l’approche du web 2.0 développée dans ces articles.
Tout ça est à mettre en lien avec mon dernier billet quand je rappelai qu’il y a deux ans, les blogs bénéficiaient du même éclairage.
Outre les sempiternelles mêmes études de cas (Wikipedia, YouTube, MySpace, FlickR) propices à parler d’un renouveau des projets quand ce n’est pas d’une pseudo-bulle, je conseille l’interview du philosophe allemand Norbert Bolz qui, derrière son titre iconoclaste le nouveau royaume des idiots dit des choses plus qu’intéressantes, notamment en terme d’intelligence collective. Oui, la sagesse des masses est à bien des égards supérieure au savoir des experts. le web 2.0 où une reformulation des fondamentaux démocratiques.

  • La nature très organique, connectée, en réseau, du web 2.0 lui confère une réactivité et une souplesse de réaction (voir les initiatives citoyennes sur le web lors de Katerina). C’est un peu ça l'”intelligence” collective. Ca me fait un peu penser à la nuance qu’il y a entre raisonnement (à base de règles) et heuristique (souvent moins formel mais parfois plus efficace qu’un raisonnement poussé).

  • Sid

    Bolz met quand même en avant une certaine réserve face à l’émergence de cette “intelligence collective” et lorsqu’il parle de “doxa pour le peuple” désignant Wikipedia, je ne pense pas que cela soit forcement flatteur…
    Il faut avant tout considérer que, si la somme des connaissances individuelles est supérieure aux connaissances de n’importe quel expert, la majorité n’a pas toujours raison.
    “L’intelligence collective” ne doit pas être vue comme le nouveau pouvoir écrasant “l’expertocratie”. Il faut plutôt ménager les deux approches, en faire naitre une sorte de complémentarité constructive. L’avénement du Web collaboratif contribue à l’émergence de l’une, tant mieux! Mais ne brûlons pas l’autre….