Give your feedback
January 6, 2009

Une étude IPSOS sur les français et les réseaux sociaux

Posted by amo@emakina.fr

2008 a été l’année des réseaux sociaux et Facebook est devenu un tel phénomène de société que l’attention à leur égard n’est pas prêt de retomber. En témoigne le on a de très grosses opérations en cours sur Facebook de notre potentiellement possible secrétaire d’état à l’économie numérique qui a un peu de mal avec le web 2 (…).
Alors on connaît les chiffres de Facebook et on a toujours plutôt des vues mondiales ou US, d’où l’intérêt de jetter un oeil sur cette enquête IFOP de décembre dernier. L’occasion de planter une borne de plus en ce début d’année.
Elle permettra notamment de confirmer la forte notoriété des réseaux de masse, avec un MySpace un peu écrasé médiatiquement mais bien vif sous nos latitudes et avec un profil sociologique étonnamment réparti. J’ai envie de dire qu’à part les newbies, tout internaute français un tant soit peu avancé connaît sinon pratique. On constatera aussi une pénétration bien moindre des réseaux professionnels, mais on sait que les premiers tirent les second. Viadeo tiens la corde mais avec un LikedIn en version française toute neuve à ses trousses. Sinon, Twitter pointe son bout du nez, mais aucune surprise pour le reste.

Ifop – Enquête sur les réseaux sociaux – Get more Information Technology

  • Je suis quand même un peu scié qu’on pose les questions en liste fermée et qu’on trouve le moyen d’y mettre Twitter, Seesmic(?), et friendster sans y mettre Copainsdavant. Pas la peine de se moquer de Levebvre quand on voit la définition assez vaseuse qu’on semble avoir d’un réseau social. Ensuite quand on demande si on va sur les réseaux sociaux pour “retrouver des copains de classe” je me demande bien comment Viadeo et Linkedin peuvent coller avec ce genre de question.
    Bref c’est une étude qui frise l’inutilité et qui se contente de surfer sur quelques questions superficielles. En tout cas on passe à côté de la question : comment ce marché est en train de se segmenter et quels sont les besoins différents que couvrent ces réseaux.

  • am

    Je suis bien d’accord là-dessus, Emmanuel, c’est un peu comme s’il fallait se persuader de la force du phénomène quand la vraie question est celle de leur impact dans la consommation média ou autres services socios. Cela dit, j’aimais bien l’éclairage purement hexagonal du phénomène. En même temps on n’est pas au niveau, en effet.
    Quand à l’absence de services moins trendy comme Copainsdavant, je pense que cela explique le trou qu’il y a entre MySpace et Facebook d’une part et les autres par ailleurs …

  • Je pense que nous sommes toujours victime de l’américanisation des études et autres enquêtes. Je suis assez d’accord avec Emmanuel sur ce point. Pour une étude Hexagonale il faut prendre des outils qui parlent aux Français sinon ça perd totalement de son utilité. D’autre part des réseaux comme Viadéo qui ont un impact beaucoup plus important et sur des population assez exotiques (webistiquement parlant) devraient ressortir sur des questions intelligentes… du style quels réseaux pour quels profils etc. Bref cette étude est basée sur des critères américanophile alors que jamais, justement les usages ont autant divergés depuis que les masses ont envahi le web… nos différences culturelles finissent par également se retrouver dans nos usages : quoi de plus normal après tout ?
    Je serai curieux moi aussi de voir la même étude avec des questions ouvertes… je pense que nous serions très surpris du résultat.

  • max

    Et dans la lignée des reseaux sociaux à la francaise, j’ai bien peur que Skyblog soit incontournable alors que oui stricto sensu ce n’est pas un reseau social mais plus du community blogging ce qui revient un peu au meme.