Give your feedback
April 4, 2018

Le RGDP, un système de jeu pour une véritable relation de confiance

Posted by amo@emakina.fr

Dans une pertinente publication à l’approche de la date fatidique du 26 mai prochain, le BCG partage toutes sortes de données qui éclairent les conditions d’une relation de confiance des entreprises, des marques, et des consommateurs autour de la data. Sans surprise, car c’est l’esprit même du Règlement, la notion de confiance ressort de façon majeure.
Le problème avec la data, c’est d’avoir cru qu’il ne s’agissait que de données. Mais à la fin, ce sont bien les gens qui sortent la monnaie. Ce sont bien les gens qui font les choix qui font les chiffres de vente. Et chacun sait que la valeur découle d’une promesse tenue et d’une croyance qui s’affirme dans la capacité de la marque à représenter quelque chose qui se délivre et se ressent.
“I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will never forget how you made them feel.” ― Maya Angelou
La mise en oeuvre du RGPD n’est pas qu’un problème de légal, de mise à la norme technique ou design. L’objectif c’est de créer un bénéfice partagé avec le consommateur. De comprendre que le fait de remplir des formulaire, de partager ses données est une poignée de main. Il faut que ça respire l’engagement et la confiance de bout en bout.
Là réside à notre sens l’élément décisif. Le RGDP est de la transformation. Il impose l’adoption d’un mindset nouveau, qui fait que le client est vraiment au centre, est vraiment traité avec le plus grand sérieux. Un mindset qui oblige à être au clair de qui l’on est, des valeurs que l’on porte, des engagements durables que cela implique.
Personne ne sera surpris de lire ici que les consommateurs se sentent vraiment concernés. Ceux qui pensent encore que les gens s’en fichent n’ont rien compris. Les gens ne s’en fichent pas. Simplement, il y a des environnements de confiance qui font qu’on a l’impression qu’ils s’en fichent alors qu’ils sont simplement en confiance.
Il est frappant d’observer dans cette étude que les consommateurs sont plutôt enclin à faire confiance, à partager leur données. Alors qu’il y a un écart de 25 à 34% en moins dans le fait que les entreprises le pensent elles-mêmes. Comme si les entreprises, les marques, ne se pensaient pas capable de transformer ce potentiel d’engagement de leurs propres clients.
Alors, oui, le RGDP crée des conditions, fixe des règles. Ce ne sont là que des clés pour construire un véritable terrain de jeu entre les entreprises, les marques, et leurs clients. Un terrain de jeu est un espace régulé , où l’on vient s’attacher prendre du plaisir ensemble, à jouer un jeu bien compris entre tous. C’est bien cela que le RGDP invite à construire et c’est bien plus grand et bine plus porteur de valeur que de simplement patcher de l’existant.
Et pour finir une intéressante vidéo de Steve Jobs sur la question de la “privacy”