Warning: file_get_contents(https://alt.emakina.com/api/v2/snippet/navbar2.json?audiencecode=CUST): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /app/www/wp-content/themes/emakina2013/functions.php on line 207
September 6, 2004

Retour sur… les Chroniques de Riddick

Posted by

Webmaster

Suite démesurée du plus intimiste de Pitch Black, qui avait révélé Vin Diesel, Les Chroniques de Riddick nous plongent dans un univers de Science Fiction très marqué par ses origines BD.

David Twoky nous livre ici un Space-opéra sobre, évitant par la même occasion de tomber dans le Riddic-ule (pardon !) d’une simple Série B dont “Mars Attack” de Tim Burton est l’exemple le plus frappant.


Les Chroniques de Riddick
Soyons réaliste, ce n’est ni le scénario, ni l’interprétation de Vin Diesel (quoi que ? … ) qui font de ce film une oeuvre à part ; mais bien sa direction artistique, sa réalisation, ses décors et autres effets spéciaux. Oui, il s’agit bien là de Science Fiction comme on en fait que trop rarement et le réalisateur insiste bien la dessus en nous offrant 2h00 d’images spectaculaires, de lieux insolites et de concepts originaux.

On regrettera malgrés tout quelques longeurs inutiles (la séquence dans la prison est interminable) et un Vin Diesel bien trop fidèle a lui même, ne pouvant se séparer des personnages “malabar” qui ont fait son succès (Fast and Furious, xXx … ) ; le personnage de Riddick, manque peut être un brin de mysticisme, bien qu’il en soit imprégné.

Restez sans craintes, les amateurs de bandes dessinées de science fiction seront gâtés !

Site Officiel

Anonymous

Rien à redire des univers, une bonne ambiance mélangeant indus et néoréalisme post-soviétique, ça le fait !
Vin Diesel est un peut trop “bressonien” dans son expression, mais ça fait un peu partie des canons de ce type de personnage (cf les compositions de papy Schwarzy).
Par contre, en ces temps troublés et compte tenu de l’islamophobie ambiante chez certains aux US, cette production hollywoodienne véhicule des choses étranges …
Les Necrommongers qui collonisent et convertissent vertement les gentils autochtones islamisans (façon Islam humaniste de l’Andalousie du XIIIe siècle ?) ont un un vague air de croisés ou plutôt de conquistadors (à cause des casques et des hallebardes). Il m’étonnerait que même si ce n’est que de la SF, cela ne suscite pas de réactions ( ?)

Carlos

Pour Mars Attack je suis pas d’accord, c’est un GRAND film de Burton.