November 24, 2004

Dorsal : vers le monopole ou la concurrence ?

Posted by

amo@emakina.fr

Je revenais récemment sur l’importance de cette démarche, son caractère référent pour les territoires. Qu’on se le dise : les regards se tournent vers le Limousin à l’heure du choix.
Quand en 1999, ceux qui comme moi participaient aux discussions de ce qui était la “boucle régionale”, nous pensions quand même que cela irait plus vite. C’était oublier la nécessité que le consensus se fasse autour de l’enjeu et que montent dans le bateau les grandes collectivités et acteurs publics.
Maintenant, on va enfin savoir, avec au coeur du débat une question de fonds. En effet, après avoir durement lutté contre l’initiative “boucle numérique”, espéré qu’en devenant “Dorsal”, celle-ci perde son sens, notre cher opérateur historique a finalement concouru. Lui aussi a visiblement fait du chemin durant ces 5 années.
Bref, va t’on assister au renforcement de l’opérateur dominant ou à l’arrivée d’un nouvel acteur majeur en Limousin dans le secteur des télécoms ? Il ne s’agit pas de se tromper, car rappelons-le, on en prendra pour 20 ans !

Toujours est-il que nous sommes nombreux à attendre depuis maintenant 5 ans ce moment.
5 ans que les entreprises attendent un véritable développement des offres, des services de téléphonie IP performants, bref d’avoir enfin des possibilités dignes des zones les mieux desservies du territoire.
L’enjeu, c’est également la couverture des territoires enclavés, avec des technologies alternatives, type Wifi, CPL [11] ou WiMax [12] (dont peu d’opérateurs peuvent se vanter de pouvoir en déployer).
Enfin, pour le particulier, il est plus que temps que le dégroupage (total de préférence) avance et que l’on puisse disposer, y compris à Limoges, de ce que tout un chacun voit dans les pubs tous les jours, notamment les services triple-play [13] type Freebox (Free) ou LiveBox (Wanadoo).
Car, dans le fonds, l’enjeu de Dorsal, c’est d’assurer le dégroupage massif des infrastructures pour permettre aux opérateurs divers et variés de déployer leur services. On ne pourra donc qu’être circonspect sur cette réalité dans le cas ou l’opérateur historique sorte du chapeau, c’est en effet plus dans la nature d’un opérateur alternatif d’être pleinement en phase avec cette exigence.
Le cahier des charges Dorsal impose au délégataire transparence et neutralité vis-à-vis des opérateurs de services. Dorsal n’est pas un cahier des charges, mais voilà au moins une garantie qu’il conviendra de surveiller de près.

Rendez-vous à l’annonce du lauréat.

Comments are closed.