September 14, 2005

L'e-commerce français a le vent dans le dos

Posted by

amo@emakina.fr

La dernière livraison des chiffres de la FEVAD montre que le commerce électronique français poursuit sa progression. +45% sur le premier semestre.


Mais le plus intéressant, c’est de voir le nombre de cyberconsommateur croître trois fois plus vite que celui des internautes avec comme corollaire un indice de confiance dans l’e-commerce qui atteind les 50% et une meilleure répartition socio-géographique (féminisation et provincialisation)
Avec l’espagne, la France affiche une des plus forte croissance du nombre d’acheteurs en ligne. Cela va permettre à la France de grignoter une partie de son retard sur ses grands voisins allemands et anglais, sauf qu’il reste le problème du nombre de marchands que j’évoquais il y a peu.
Car ce que je retire encore une fois de tout cela, ce sont des phénomènes de vagues en décalage.
Il y a maintenant un trois ans, et suite au franchissement par Free du seuil des 30€ pour l’abonnement ADSL, on a assisté au décollage du haut-débit. Depuis, le nombre d’internaute, et mieux encore celui des abonnés au haut-débit, bénéficie d’une progression forte et continue (aujourd’hui 8 millions des 12 millions d’abonnés Internet, 60% de croissance)
À moins de 2 ans de décalage, délai d’appropriation et de maturation des usages, l’e-commerce a décollé et se trouve alimenté par la croissance précédente.
Comme par hasard, on voit aussi dans cette étude que les cyberconsommateurs pratiquent fortement d’autres choses, notamment l’administration électronique à 85%, mais aussi les blogs. J’y vois une confirmation de la montée en charge de la capacité d’usages de l’internaute français. Il est à maturité pour peu qu’on veuille bien lui proposer de la matière.
C’est là que l’on attend la vague qui se fait encore un peu attendre, celle des marchands et des services.
Certes, Rueducommerce entre en Bourse et les cybermarchands français affichent d’excellents résultats. Je suis moi-même épaté par l’activité réalisé par ceux que nous accompagnons, qu’ils soient petits ou gros. J’ai déjà parlé des marchands, mais encore une fois, quand on échange sur le sujet, on se rend compte que l’e-commerce tarde à pénétrer en terme de canal de vente, notamment au sein des PME. Alors à ceux-ci, répêtons-le : les cyberconsommateurs sont là, ils n’attendent que vous !

jeanv

Il est vrai que les pme Françaises sont encore frileuses sur le Web, heureusement, la relève arrive…