Warning: file_get_contents(https://alt.emakina.com/api/v2/snippet/navbar2.json?audiencecode=CUST): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /app/www/wp-content/themes/emakina2013/functions.php on line 207
May 21, 2006

Intelligence collective

Posted by

Manuel Diaz

J’ai découvert l’intelligence collective au cours de mes études dans un livre de Pierre Lévy. Ce livre, “L’intelligence collective : pour une anthropologie du cyberespace” paru en 1994, je l’ai lu en 1996, et ce fut le déclic. C’est lui qui m’a véritablement conduit là où je suis aujourd’hui… faites donc très attention à ce que vous lisez… 😉 Sa théorie concernant l’intelligence collective et le cyberespace n’étaient donc à l’époque que de simples spéculations… Or, on s’aperçoit qu’une bonne partie de celle-ci est réalisée ou du moins en voie de réalisation.
L’intelligence collective vu par ce phylosophe est un concept forcément très compliqué (il faut être un peu lévysé pour comprendre le cheminement de sa pensée) mais en même temps il est très concret, et donc très perceptible et compréhensible…


Selon Pierre Lévy, le processus d’émergence de l’espèce humaine, l’hominisation, n’est pas terminée : après l’Homo sapiens voici l’Homo communicans qui évolue dans le nouvel espace des savoirs.
Selon lui, le cyberespace existe, et il propose d’en tirer le meilleur parti, en y associant un projet d’intelligence collective.
Pierre Lévy définit les conditions possibles de cette mutation culturelle. Mettant en évidence les potentialités des technologies de l’information, notamment de l’établissement d’un réseau informatique et multimédia au niveau mondial, l’auteur argumente l’émergence d’une intelligence collective, qui produirait un savoir de type nouveau, ” moteur ” d’une nouvelle civilisation.
Le projet peut, selon lui, se réaliser à partir de données qui existent déjà : la cyberculture, l’accès au(x) savoir(s) et la prise en considération des compétences personnelles, les collectifs intelligents…
En bref la machine et internet sont des “extensions” du cerveau humain et donc mis en réseau ils formeraient une sorte de super intelligence articielle un super cortex…
D’autre part, il y a dans la théorie gloabl de P. Lévy la notion de conscience planétaire, développée grâce aux nouveaux médias et qui se démontre notamment par la montée très sensible de la prise de conscience de l’environnement et d’une globalité au sens de l’appartenance à un même monde…

Alexis Mons

Les processus “d’intelligence collective” ou de “‘foules intelligentes” sont sommes toutes bien admis et assez bien modélisés, que ce soit au travers de la théorie des jeux qui a valu un nobel opportun à son créateur l’année dernière, ou encore via pléthores d’études de cas sur les communautés virtuelles.
On parle finalement assez peu de l’apport de la philosophie alors qu’il y a des choses plus que passionnantes dans leurs écrits pour réfléchir à la Société de l’Information.
L’intelligence collective, c’est un fait, personnellement je suis assez attiré par la question du pouvoir qui découle de cela, sujet développé par Michel Foucault en son temps. Ses réflexions le couple savoir/pouvoir sont assez éclairantes pour comprendre comment par exemple, au sein des communautés, l’autorégulation conduit à la défense d’un conformisme et à la répression des marginalités. Comme quoi le groupe peut être le pire des tyrans.
Plus que l’intelligence collective en elle-même, ce qui est intéressant, c’est du rôle des technologies dans la manière dont les individus se refondent à son usage (voir Jacques Ellul), donc de la manière de penser et de s’autoréguler qui en suit, bref de savoir où tout cela nous mène.
Dans ce cadre, les équilibres et les rapports de force entre entre une masse de consommateurs passifs, de conso-acteurs producteurs de contenus et d’interaction et le pouvoir médiatique économique et politique est au centre. Depuis deux ans et la nouvelle dynamique de masse sur le réseau, c’est LE grand enjeu de l’évolution de nos sociétés. Le débat sur la DADVSI, pour ne citer que lui, en a été un épisode éclairant et une première confrontation.