August 7, 2007

De la sphérisation des professions

Posted by

amo@emakina.fr

Parmi mes multiples sujets de prédilection figure le droit et c’est ainsi que j’ai noté la sortie d’un nouveau site du barreau français, lequel affiche rien moins qu’une blogosphère des avocats, fléchée comme un vecteur central de relation entre les avocats et leurs clients. Le site héberge une plateforme de blogs, mais l’annuaire intègre largement des blogs hexogènes. Pas de syndication visible pour autant, Avocats.fr n’est pas un Technorati des blogs de la profession. Ça aurait pu être une bonne idée, le contenu est quand même la matière première quand il s’agit d’interagir et de réseauter. Mais le plus important, c’est finalement le message et la volonté politique d’une profession qui se dégage ici.


Avocats.pngAu prime abord, tout cela est très sympathique et même assez stimulant car en voici une qui décide rien moins que ses membres doivent bloguer et que leurs blogs seront le coeur de la relation avec leur clientèle à présent. Bigre. C’est assez radical et je connais quelques avocats auprès duquel je serai curieux d’entendre ce qu’ils pensent de cette injonction.
Personnellement, j’aurai préféré monter un réseau social et dépasser une vision du web 2 trop à l’étroit dans ses blogs. Cela aurait eu l’avantage d’autoriser chacun à moduler son degré de visibilité et d’interaction numérique. J’aurai donc tendance à penser qu’il y a là un coup marketing à s’approprier la blogosphère du droit français, notamment après avoir exhumé un billet de Docenvrac de décembre dernier consacré à la naissance de la blogosphère juridique, fléchant un de ces annuaires de blogs de droit qui, rétrospectivement, posent un problème aux instances de la profession car ils sont une forme d’organisation parallèle. Il suffit de comparer la richesse des deux annuaires pour se rendre copte qu’Avocats.fr vient jouer dans une cour bien garnie.
Mais le plus important c’est donc de voir les blogs, et ce qu’ils représentent, s’inscrirent en pilier de la mise en réseau d’une profession organisée. Cela ne manquera pas d’interpeller d’autres professions et corporations, j’en suis persuadé. Dans un autre genre, cela fait finalement écho avec les nouvelles formes de mobilisation et de militantisme observées en politiques. Les réseaux organisés et autres modes d’organisation collectives hérités du siècle dernier sont interpellés sinon doublés par des formes parallèles mises en oeuvre avec tout ce que permet le web 2.0. C’est un des point d’entrée de l’Enterprise 2.0, mais ça vaut aussi pour toutes les formes d’organisations humaines classiques. La vague numérique c’est pour tout le monde et à défaut d’avoir été à l’initiative du mouvement, il est vital de s’y inscrire. Les avocats français ont décidé d’en être et ont donc plongé, c’est le moins qu’on puisse dire, à la lecture du message. On attend les prochains.

Comments are closed.