Warning: file_get_contents(https://alt.emakina.com/api/v2/snippet/navbar2.json?audiencecode=CUST): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /app/www/wp-content/themes/emakina2013/functions.php on line 207
January 3, 2009

Obama fait des émules à l'UMP

Posted by

amo@emakina.fr

En 2008 nous avons appris que le web change le monde et c’est d’ailleurs, sur fond d’adversité, que je me plaît à penser 2009 comme une année charnière.
Alors voilà, l’année vient à peine de commencer et l’Australie devient la première démocratie à filtrer le web, ce qui ne manque pas de susciter nos pires craintes quand on sait ce qui se trame derrières certains textes et décrets à venir prochainement d’actualité chez nous. Mais nous avons tord de penser que la tentation d’un internet propre ou de sa la régulation ne sont que le fait de gens qui ne comprennent pas le réseau, d’être obnubilé par des épouvantails. Le web est devenu une chose trop sérieuse, en témoigne la version web de la nouvelle bataille de Gaza et de voir Tsahal et sa chaîne YouTube. Mais il y a d’un côté la société de l’information qui se constitue avec des gens et des organisations en réseaux et puis il y a nos sociétés et leurs institutions. Certain parlent de bascule sociétale inévitable, le fait est que des choses se passent et pas seulement aux USA


On a tellement dit combien le web a servi Obama, avec un Désirs d’avenir qui a fonctionné, qu’il n’était pas surprenant de lire que l’UMP décide de faire sa web-révolution.
Evidemment, on a un peu de mal à suivre avec la moranoïa ambiante et ces membres du gouvernement qui cognent à qui mieux mieux sur le web et les usages qu’en font plus de la moitié des français maintenant. Mais c’est très bien que nos politiques voient dans le web du positif et un progrès, même si cela sert à première vue plus leurs intérêts électoraux que leur manière d’envisager la société. J’espère simplement, pour eux, qu’ils sauront dépasser la vision outils traditionnelle qu’en ont les politiques français et beaucoup (trop) de monde dans ce pays.
Je le redis, le succès d’Obama n’est ni tactique ni lié à une quelconque “stratégie numérique”. Le succès d’Obama tient à une vision disruptive du dialogue et de l’action entre politique et société.
J’espère donc vivement que nos chers politiciens, tout particulièrement ceux qui sont au pouvoir, puisqu’ils trouvent des vertus au web social pour leur future réélection, sauront noter qu’Obama a bien plus qu’un usage du web pour gagner, mais qu’il s’en sert aussi pour gouverner. Que la dynamique sociale qu’il a construite participe d’une vision active et sociale du web. Une vision incompatible avec le dédain et la négation du fait innovant et progressiste que nos gouvernants pratiquent jusqu’à présent.
Depuis 2004, on n’est plus [ne se sert plus] d’internet, on en fait partie. Une leçon que l’économie fini d’apprendre, que le politique va devoir s’appliquer à lui-même s’il veut réussir à profiter des bénéfices des réseaux.

Comments are closed.